Invité sur les ondes de France Bleu Breizh Izel ce mardi matin, Camille parle de son aventure et du projet dans l’émission « ils sont fous ces bretons ». Rediffusion à 15h50.

Cliquez ici pour écouter le podcast de France Bleu Breizh Izel

Retranscription de l’interview avec Axel pour France Bleu ci-dessous :

Axel, l’animateur radio : « Donnez des ailes au Rebelle », c’est le projet participatif de ce jeune de Larmor-Plage dans le Morbihan qui monte son entreprise familiale. Une structure pour former les plaisanciers sur voilier habitable. Jeune breton de 34 ans, né dans les Côtes d’Armor, avec Aurélie sa compagne, ils travaillent donc d’arrache pied sur son voilier « Le Rebelle ». Camille Carrée, bonjour.

Bonjour Axel. Bonjour France Bleue.

Axel, l’animateur radio : Vous avez retapé pendant plus de quatre ans cette vieille coque de onze mètres et finalement, Camille, de skipper vous êtes devenu en quelque sorte constructeur. Ça, c’était peut-être pas prévu, ils sont fous ces larmoriens !

Camille : Ces bretons en général même et costarmoricains ! Le Rebelle c’est un voilier prototype en aluminium de trente trois pieds qui est sorti des chantiers JFA de Concarneau en 1994 et il a été réalisé à l’époque pour l’association du même nom. Ça finalité à l’époque c’était de former des futurs skipper dont certains sont devenus des skippers célèbres. D’ailleurs à juste titre, je voulais rendre hommage aux concepteurs de ce magnifique bateau Olivier Petit et René Coleneau. Olivier Petit, c’est l’architecte de Tara le bateau d’expédition et aussi le bateau qui a gagné le premier Vendée Globe avec Titouan Lamazou. Et René Coleneau c’était l’ancien directeur des Glénans.

Axel, l’animateur radio : Des navires solides, toujours d’attaque puisque vingt cinq ans après vous avez réussi à le retaper. C’est assez étonnant pour vous, vous êtes passé par le pole Vendée France pour la préparation à La Solitaire du Figaro, vous avez été formé au sauvetage en mer avec la SNSM et puis aujourd’hui, skipper, formateur, fabriquant de bateau, vous aimez de temps en temps changer de vie, c’est bien ça ?

Camille : Changer de vie oui et non, ça a toujours été la même trame. La trame de la passion de la navigation et de la mer. Aujourd’hui cette trame elle continue à me suivre et à me faire avancer. L’idée c’est vraiment de partager cette passion. C’est pour cela que nous avons fait le Rebelle. C’est un gros chantier, comme vous disiez, qui a duré plus de quatre ans, et vraiment quatre ans d’investissements permanents où j’ai été épaulé aussi par Laurent Steffen qui est un orfèvre de l’aluminium qui depuis à monter son chantier naval à Paimpol. Ça a vraiment été une aventure parce qu’il a fallu se serrer la ceinture à fond. Je me rappelle, j’ai même passé deux hivers dans le hangar du chantier pour limiter toutes les dépenses que l’on pouvait juger superflues à l’époque.

Axel, l’animateur radio : Et il y a encore un petit peu de besoin puisque vous lancer une campagne de financement participative jusqu’au premier mai notamment pour financer une grande voile de quarante mètres carrés. Et puis vous créé votre entreprise : Plaisance Performance. Alors, c’est pourquoi ? Pour former les stagiaires au Vendée Globe en quelque sorte ?

Camille : Alors peut-être les futurs conquérants, concurrents du Vendée Globe. C’est vrai que nous voulons former les plaisanciers de demain. On va avoir une implantation dans le Morbihan, à priori dans le pays de Lorient, certainement à Kernevel et une aussi au Portugal. On a gardé cet esprit des bretons conquérants. On voudrait bien aller chatouiller les anglais qui sont déjà très bien implantés au Portugal. Nous pensons avoir un savoir-faire maritime à transmettre et à revendiquer et pas seulement sur nos eaux bretonnes.

Axel, l’animateur radio : Sorties découverte, stages, initiation course au large, la baptême du Rebelle on l’espère à l’automne. Premier stage au Portugal, vous l’avez dit, en 2019. Et puis il y a ce financement participatif. Vous pouvez donner le coup de main sur zest.coop. On va mettre le lien sur France Bleu.fr. Camille Carrée, merci d’avoir été avec nous.

Camille : Axel, est ce que je peux rajouter quelque chose ?

Axel, l’animateur radio : Rapidement, oui.

Camille : On fait un événement ce samedi à Larmor-Plage à partir de 11h30 et après, à partir de 15h il y aura une visite du bateau et donc, on invite tous les bretons et les pas bretons, tous les curieux à nous rejoindre et ils peuvent me joindre au 06 63 06 76 94 pour prendre part à l’aventure « donnez des ailes au rebelle » et à laquelle on souhaite associer le plus de monde possible.

Axel, l’animateur radio : Merci Camille.


 L’interview sur Radio Goéland déjà disponible !

retranscription de l’interview avec Pierre pour Radio Goéland ci-dessous :

Générique : Radio Goéland, c’est votre radio de proximité. Toutes les informations et annonces du pays de Lorient, association, événement,  emploi, action et démarche, vie de quartier, vie locale, la rubrique à ne surtout pas manquer sur radio Goéland.

Pierre, l’animateur radio : Nous sommes en direct sur radio Goéland.fr ainsi que sur les applications mobiles pour nous écouter et je suis aujourd’hui avec Camille Carrée sur radio Goéland. Bonjour.

Camille : Bonjour Pierre

Pierre, l’animateur radio : Ça va bien ?

Camille : Ça va très bien. Ravi d’être avec vous et tous les auditeurs de radio Goéland.

Pierre, l’animateur radio : Et bien merci. Peux-tu nous expliquer, tout d’abord, quel est ton projet ?

Camille :  Alors mon projet, c’est déjà un projet de vie, un projet de passion. Il a commencé il y a quelques années en 2011 quand j’ai racheté un bateau… enfin plutôt une épave. À ce bateau là, nous avons décidé de lui donner une seconde vie. Parce que le bateau était très endommagé. Il a été mis à l’eau pour la première fois en 1994. Pendant 15 ans il a travaillé avec un autre propriétaire à former des futurs skippers et quand nous l’avons récupéré en 2011 le bateau était, comme je le disais très endommagé. Mais on s’est dit : « c’est un très beau bateau et il mérite d’avoir une seconde vie ». Il mérite de continuer à faire sa vie de bateau de formation. Alors nous avons fait un gros chantier dessus qui a duré plus de quatre ans. Un chantier amateur mais en voulant avoir un résultat de professionnel. Et nous en sommes là. Le bateau est quasiment prêt.

Pierre, l’animateur radio : Vous êtes navigateur ?

Camille :  Je fais de la voile depuis que je suis tout petit. Je ne sais pas si ça vous est arrivé, Pierre, mais quand on est gamin, on rêve d’avoir une soucoupe volante. Et moi, même maintenant adulte, quand je suis dans un bateau, que l’on navigue de nuit, que le bateau glisse comme ça sur l’eau guidé par les étoiles et juste avec les lumières du matin, du mât ou alors les lumières électroniques,  on a vraiment un sentiment de liberté, un sentiment de pouvoir aller un peu partout sur la planète. Et voilà, ma soucoupe volante elle est là maintenant, bien réelle. Ça m’habite vraiment depuis que je suis tout petit. C’est un rêve de gamin que j’ai transformé en rêve d’adulte.

Pierre, l’animateur radio : Et ce rêve, du coup, je suppose que vous souhaitez aussi le transmettre à d’autres par de la formation ?

Camille :  Oui, l’idée c’est d’accueillir des gens à bord du Rebelle. Des gens qui ont déjà fait du bateau ou qui n’en ont jamais fait du tout. Mais des gens qui regardent avec envie la mer, avec envie les voiliers. Souvent, nous avons l’impression qu’il y a une petite barrière, une petite frontière. On se dit « ce n’est pas pour moi » ou alors « ça a un côté trop élitiste », « c’est pour des gens qui ont un certain niveau de revenu « . Mais nous, on aimerait bien casser un petit peu tous ces aprioris là et permettre au gens de mettre les pieds sur un bateau. Et comme, je disais toute à l’heure : quand on les a sur le bateau, généralement ils n’ont pas envie de redescendre.

Pierre, l’animateur radio : Est ce qu’il y a besoin de formation, de permis de quelque chose en particuliers ou pas du tout ?

Camille :  La navigation à voile, reste encore un domaine où il y a beaucoup de liberté. C’est à dire qu’il n’y a pas besoin de permis pour faire du bateau à voile, ce qui n’est pas le cas pour les bateaux à moteur. Mais cela n’empêche pas qu’il faut avoir un certain nombre de compétences et de savoir-faire pour pouvoir naviguer en toute sécurité et en toute sérénité. C’est là mon job : quand les gens viennent à bord, de leur transmettre de savoir-faire qui correspondra à leur projet. Ou alors, peut-être même tout simplement, les aider à définir leur projet et juste développer leur envie de mer.

Pierre, l’animateur radio : Vers quelle destination peut-on aller avec ce voilier ? Où pouvez-vous nous amener ?

Camille :  Ce n’est pas moi qui vous emmènera ! Ce sera vous , avec le bateau, qui irez . Parce que ce sera vous qui ferez fonctionner le bateau. Je serai bien évidemment là pour vous accompagner de manière à ce qu’il fonctionne bien. Mais ce sera vous qui serez acteur de la navigation. Où est ce que l’on peut aller ? Et bien, déjà, en partant de Lorient, tout simplement à l’automne on peut aller faire un tour à Groix, c’est juste en face. Il y a un port très sympa et il ya aussi des petits bars à découvrir. Même si c’est juste à côté, pour une première sortie, ça peut être déjà un grand voyage. Pour ceux qui ont envie d’aller un petit peu plus loin, on peut aller vers l’île de Saint à la pointe de la Bretagne, même aller monter jusqu’en Angleterre en passant par les îles Scilly au milieu de la Manche qui ont, contrairement à ce que l’on pourrait croire, un jardin exotique par ce que c’est très tempéré comme climat là-bas avec le Gulf Stream. Il y a plein de choses extraordinaires à découvrir depuis nos côtes bretonnes. Souvent quand nous ne sommes pas familiers de la mer et de la voile, nous n’imaginons même pas tout cela.

Pierre, l’animateur radio : Est ce que l’on peut aussi apprendre à des enfants ou est ce que c’est plus compliqué ? Y a-t-il un âge particuliers ?

Camille :  La voile reste une pratique possible en famille. Il ya beaucoup de gens qui sont partis pour des tours du monde et des traversés de l’Atlantique avec des enfants en bas âge. Donc évidemment, le papa qui veut venir avec son fiston, avec sa fille et la maman sont les bienvenus à bord du Rebelle. Généralement, les enfants se prennent au jeu assez vite de tirer sur les bouts, les cordages, de tenir la barre. Tout de même, c’est toujours mieux qu’ils aient un minimum de 4 ans et évidemment on choisira les conditions météo propices à cette sortie découverte.

Pierre, l’animateur radio : Faut-il faire attention à la météo ? On ne peut pas partir en navigation comme ça en plein tempête ?

Camille : Cela fait partie de l’apprentissage : pouvoir lire un bulletin météo marine, savoir anticiper les coups durs pour éviter de se mettre en difficulté. Et puis, ensuite, au fur et à mesure de sa progression de skipper et bien on évalue les phénomènes météo que l’on peut avoir à affronter ou pas affronter. C’est cela aussi être un bon marin. Ce n’est pas forcément être un grand champion sur des bateaux avec plein de sponsors. C’est aussi de savoir juger ce qui va être à notre protée en terme de navigation.

Pierre l’animateur radio : Est ce que c’est physique ?

Camille :  Ça peut se révéler être assez physique, surtout dans le gros temps. Il y a deux facteurs qui vont faire que c’est physique : les conditions météo et le fait de naviguer en équipage réduit. En solitaire nous allons avoir plus de sollicitations physiques que si on est 5 à bord du bateau où chacun va pouvoir faire une petite tâche. Ça peut se révéler être un sport à part entière.

Pierre, l’animateur radio : Sur les réseaux sociaux, vous avez pas mal de publications, beaucoup de personnes vous suivent. Vous en êtes où concrètement dans le projet ? Est-ce que l’on est vraiment proche de la fin et donc tout va être opérationnel où est-ce qu’il manque encore des petites choses ?

Camille :  Le Rebelle attend la fin septembre pour être mis à l’eau. Et d’ici la fin septembre, on essaie de parler du projet. On souhaite réunir des gens qui ont envie de nous accompagner dans ce projet. Ce qui manque encore au bateau, ce sont ses voiles. C’est pour cela que nous avons appelé notre campagne de financement participatif « donnez des ailes au Rebelle ». C’est une opération de crowdfunding. L’idée, c’est l’analogie, évidemment, avec l’envol d’un oiseau. Et pour que le bateau puisse s’envoler et partir voguer et vous emmener naviguer il a besoin de voiles. Voilà ce qu’il manque aujourd’hui au bateau ce sont ses ailes, ou plutôt ses voiles.

Pierre, l’animateur radio : Est ce que vous êtes accompagnés pour faire et mettre en place ce projet ou pas forcément ? Faites-vous cela seul comme un vrai Rebelle ?

Camille :  (rires) Je suis assez rebelle mais pas un rebelle solitaire. J’ai la chance d’être accompagné et soutenu par mon amoureuse, l’équipière qui partage ma vie : Aurélie. Elle soutient beaucoup sur la communication du projet. Évidement, maintenant, nous avons aussi l’impression d’être accompagnés par radio Goéland qui nous invite ce matin. Cela nous fait très plaisir que vous nous donniez la parole. Et puis aussi différentes personnes : la famille, les amis qui donnent un coup de main comme ils peuvent et comme ils veulent et on espère les lorientais encore plus demain.

Pierre, l’animateur radio : Quel conseil pourriez-vous donner aux personnes qui souhaiteraient participer à ce crowdfunding ? Comment pourriez-vous leur donner envie ?

Camille :  Déjà, nous aimerions vous inviter. Vous êtes les bienvenus samedi prochain, samedi 14 à Larmor-Plage à partir de 11h30. Nous faisons la « fête des rebelles ». Ça va être un moment convivial et participatif. Ce que je veux dire par « participatif », c’est que chacun amène un petit quelque chose à boire et à manger. Vous pourrez trouver toutes les informations sur le site voilier-le-rebelle-fr.

Pierre, l’animateur radio : Merci beaucoup d’être venu ici sur radio Goéland et d’avoir accepté cette invitation.

Camille : Merci de votre accueil.

Générique : Radio Goéland, la radio web du pays de Lorient.


Virgin Radio Lorient a annoncé le début officiel de la campagne de financement participatif : Donnez des ailes au Rebelle.

Cap ensemble vers l’aventure !

retranscription de l’interview avec Elodie Fournier pour Virgin Radio ci-dessous :

Tout de suite, les news Virgin Radio avec le Greta Bretagne Sud, à Lorient, Vannes et Pontivy.

Salut à tous, gros plan sur le voilier Le Rebelle. L’aventure a débuté en 2011, Camille Carrée a acheté le bateau. Le skipper l’adapte depuis pour faire de la formation en mer. Une campagne participative va débuter dimanche pour donner des ailes au Rebelle.

Il nous explique tout : « En passant, du pont aux aménagements intérieurs jusqu’à la quille et la tête de mât, tout a été repris, revu et un petit peu transformé. C’est un bateau qui a été conçu et réfléchi pour faire de la formation. Pour emmener les gens naviguer et leur faire découvrir la mer et apprendre à naviguer. Et donc, pour apprendre à naviguer sur un voilier, il y a besoin de voiles.

La campagne de crowdfunding va permettre, justement de financer les voiles du bateau. Participation pour ceux qui veulent soutenir le projet à partir de 5 euros. Evidemment vous serez invités au baptême du bateau au mois de septembre. Puis vous pourrez venir naviguer sur le bateau en tant que stagiaires prioritaires. Pour en savoir plus il y a le site ww.voilier-le-rebelle.fr. C’est à suivre également sur tous les réseaux sociaux.